51385MPZTXLlundi dernier : je me traîne jusqu'au bureau avec brigitte la bronchite. Sur les coups de 15h, coup de téléphone : une candidate pour mon remplacement maternité appelle pour son entretien d'embauche. Le hic ? J'étais pas au courant qu'il y avait A/des candidates B/ des entretiens... C'est moi ou bien?

mardi dernier : Brigitte la bronchite me mîne la tronche. Je tousse et je mouche à tout va. Si ça continue, pour une prochaine grossesse, je me fais sponsoriser par kleenex ! Sur les 11h, une candidate à mon remplacement mater se plante de bureau et atterrit dans le mien par erreur. Le hic ? J'étais pas informée des entretiens et encore moins associée. J'envoie chier la candidate qui a dû me prendre pour un mufle. Quelques larmes et kleenex plus tard, je me pointe chez mon médecin (qui a dit encore ?) l'oeil et le nez rouge. Dans la salle d'attente, 8 personnes avant moi. Résultat : deux heures d'attentes et deux jours d'arrêt. Je rentre me coucher.

mercredi dernier : je reste calfeutrée chez moi, moral à la cave. Choupinette attaque ses répétitions de sauts périlleux. Et si c'était un signe qu'il y avait un problème ? Pour me détendre, je cuisine un curry de légumes. J'oublie ma tambouille sur le feu. Résultat : blougui bloulga de curry qui arrache. Le breton sera incapable de discerner les légumes de la recette. On pleure tous les deux en avalant nos assiettes. Le breton me jure que c'est bon. Je pleure deux fois plus.

jeudi dernier : pas question de se laisser abattre cette fois. Je sors de mon lit aux aurores et je m'active en mode fée du logis. Mon étoile passe me voir dans l'après midi. Je loupe des cookies pour accompagner le thé mais je ne pleure pas. Choupinette attaque les triples axels. Est ce qu'elle sera aussi speed après la naissance ? Cette journée est ok. C'est un signe. En plus il fait beau.

vendredi dernier : retour à la mîne. Une chance, aucune candidate sur mon poste ne pointe le bout de son nez. Au rayon ma vie est trépidente, je me cogne le contrôle technique de la mimi cracra à midi. Je pars bouffer un sandwich dans un parc à côté du garage et je ne vois pas tout de suite les 5 gentlemen en train de picoler juste à côté. Je me pose avec un air super dégagé accrochée à mon sac à main. Je bats le records du monde de gobage de sandwich. Heureusement, comme la météo, les choses s'arrangent. Ce soir, je suis en vacances !

samedi dernier : le breton et moi même traversons tout Paris pour découvrir un temple de la puériculture et voir, en vrai, la fameuse et célébrissime XLR de chez Maclaren. Que celles qui n'ont jamais eu de gosses ne ricanent pas trop fort. On se découvre de nouvelles obsessions une fois la HCG à des niveaux tout à fait insupportables. Arrivée à bébéland, pas de XLR, ils sont en rupture de stock ! Je respire à fond mais je sens les larmes qui se repointent. Je suis débile, débile, débile. Heureusement il fait beau à paris, un peu de marche et hop c'est le moral qui revient. De retour dans notre banlieue après trois à quatre heures de périgrinations hasardeuses, dans le parc à 500 mètres de l'appartement, je croise une heureuse famille bruyante. La mère pousse une.... XLR quasi neuve. Pas le choix, j'attaque une planque cachée derrière les arbres pour suivre l'objet de mon obsession. Le pire ? Je suis vraiment contente d'avoir vu en vrai une poussette à 400 euros ! Tiens, c'est le breton qui  pleure cette fois !

hier dimanche : nous fêtons les anniversaires de ma poupée cassée et de moi même chez mes parents. Il fait beau. J'aime mon breton. Choupinette s'est épuisée toute la semaine à tester la gymnastique rythmique in utero. Aujourd'hui, elle s'éclate à compter ses doigts de pieds, c'est moins crevant. Si j'écoute bien, il semble que ma semaine de m... soit terminée.

Je vous dis que je suis en vacances jusqu'au 13 mai ? A moi la Bourgogne, la Drôme et le soleil ! ha ha ha !

DQJM