18958230Vous connaissez le concept de doula ? Non ? Ben moi,non plus, jusqu’à récemment.  Jusqu’à ce que je réalise que j’avais une doula sans le savoir. Quelle pintade de la grossesse je fais ! Ma doula personnelle, elle commente régulièrement ce blog. La première fois que je l’ai rencontrée, elle avait probablement déjà envie d’avoir des enfants mais nous étions bien loin de nous projeter en août 2008. La première fois qu’on s’est parlées, c’était en 1993 je crois. Nous tentions toutes deux de nous planquer derrière le même arbre dans la cour du lycée, lors d’un cours d’endurance. Si si, souvenez vous, les 20 minutes à courir tels des poissons rouges dans la cour du lycée. L’horreur !

Bref, ma doula personnelle, pour ceux qui lisent régulièrement ici, y compris les commentaires gentils et hillarants, c’est Cazzx. Cazzx est l’heureuse mère de deux magnifiques enfants franco-britanniques. Son homme english, elle l’a rencontré alors qu’elle passait une année Erasmus à… Vienne ! C’est dire si elle a sa place sur DQJM. Elle a d'abord vécu une grosse dizaine d’années à Londres avec son amoureux. Depuis deux ans, elle est de retour à Paris avec sa petite famille. Bref, la grossesse pour Cazzx c’est un monde merveilleux qui se termine en happy ending avec allaitement de malade (12 à 13 mois) à la clé. Cazzx est la copine qui me conseille toujours intelligemment, toujours en déconnant, toujours en aimant.

Du coup, quand ma doula a senti mon humeur se faire la malle avec ces histoires de tamagoshi qui descendent pas et de césariennes qu’en fait c’est pas grave, ni une, ni deux, de son lieux de villégiature estival, elle m’a canardé de mails tous plus drôles et gentils les uns que les autres. Depuis 8 jours, elle fait du SOS amitié 24 sur 24 pour une DQJM qui dramatise une chouille.

Je n'aurais pas vraiment parlé ici de ces échanges persos, si hier, je n'avais reçu « la perle ». Alors impossible de garder pour moi toute seule ce concentré pur jus d’amitié et de gynécée comme je les adore. Je vous livre quelques extraits de son mail d’hier qui fait que hop, fini, je ne râlerai plus pendant au moins, pfff, une semaine. Promis. Juste une précision, comme Cazzxx passe de la langue de Molière à celle de Shakespeare à longueur de journée, elle a développé cette petite tendance Vandamienne quand elle écrit et qui me fait systématiquement hurler de rire !

Bonne lecture,

DQJM

ps : par souci d'intîmité, j'ai vaguement modifié certains termes... Pour ceux qui se demandent, la photo est tirée du film "mes meilleurs copains". Film culte que je ne peux revoir sans penser à Cazzxx qui en connait la moitié des dialogues par coeur !

« DQJM,

...
Ah… les hémorroïdes ampoules au pied de la femme enceinte, et oui, moi aussi mon petit prince m’a fait ce super cadeau (moi aussi pour la 1e fois de ma vie…). Aaaah quel bonheur!! Il y a certaines veinardes qui y échappent totalement (mais pas beaucoup – la plupart des femmes enceintes y ont droit) et c’est vraiment l’horreur… Le médecin m’avait prescrit des cachets de Daflon et des suppositoires – je ne sais pas si c’est ce que tu as aussi, mais cela soulage drôlement! Avec la grossesse de princesse, j’y ai eu le droit tout de suite, elles ont fait leur come-back genre au 2e mois (= welcome to hell) mais curieusement elles ont stoppé après le (même) traitement et j’ai été tranquille après pour tout le reste… va savoir.

Au sujet de l’acupuncteur, je pense que tu as fait la bonne démarche. Tu sais c’est vachement ¨régulé¨ maintenant, donc s’il l’acupuncteur en question est membre de l’AFA aucun souci. C’est l’acupuncture qui m’a permis de tomber enceinte de petit prince, j’en suis quasi-certaine. Enfin disons que c’était le coup de pouce en plus du traitement hormonal de cheval (je te rappelle que je me suis piquée le ventre alors ne viens pas me faire rigoler avec des petites hémorroides ampoules au pied de la femme enceinte ma biche…). J’avais trouvé une femme-acupuncteure merveilleuse à Londres… mais bon cela fait un peu loin depuis Paris, c’est sûr !!!! ;-)))

Enfin, concernant l’accouchement proprement dit, je reconnais que c’est facile pour moi de ¨ m’la jouer ¨ genre ¨c’est rien du tout¨ alors que c’est certain ce n’est quand même pas une partie de plaisir : gros bébé ou petit bébé, il faut quand même le ‘sortir’… 24h ou + c’est sûr c’est méga-giga-éprouvant et je suis trop trop chanceuse avec mon petit ¨7 heures¨ pour petit prince et 3h pour princesse…  J’en suis par-fai-te-ment consciente.

En même temps (et sans vouloir donner dans le ‘New Age’ à fond, genre « accouchons toutes dans la douleur sisters mais dans l’amour en chantant des chansons folk et avec du poil aux pattes », non, non, non très peu pour moi), j’ai quand même envie de rappeler certains ‘principes’ qui perso m’avaient vachement aidée (à garder mon self control et surtout à y ‘croire’ : croire que je pouvais ¨y arriver¨, croire que je pouvais accoucher bien et rapidement etc) :

-          Number 1 = la grossesse (et à fortiori l’accouchement) n’est pas une ma-la-die (je sais, en France, hard to believe…, tu peux, non, TU VAS y arriver (surtout avec les doses homéo etc)

-          Number 2 = cest certain que cela fait mal, mais pas forcément TRES mal (enfin, je parle pour moi…)

-          Number 3 = chaque contraction (je te parle du début du travail, là) est tout à fait ‘gé-ra-ble’ (JE TE LE PROMETS), à condition de bien respirer (voire même de faire le ¨humming¨ comme ils disent en anglais : le truc de yoga où tu ‘chantonnes’ doucement ¨hummm¨ et que tu as l’air d’une vraie conne dans ta salle de travail comme çà à chantonner tout bas but who gives a shit at that stage… le humming / les respirations, cela te permet de te focaliser sur ‘autre chose’ que la douleur de la contraction qui franchement du coup devient gérable

-          Number 4 (very important, this one) = chaque contraction fait un peu l’effet (au niveau de la douleur j’entends) d’une vague qui monte monte monte et hop (OUF) redescend, et c’est très rapide en fait, donc, certes, quand t’es ‘en haut de la vague’ tu dérouilles un peu.. voire beaucoup, c’est selon la sensibilité de chacune à la douleur je crois (les vagues, la mer, les poissons… je sais que tu as toujours adoré mes métaphores… si poétiques ;-) Mais L’IMPORTANT c’est de gérer le truc en se disant que la vague (comprends = douleur) RE-DE-SCEND FOR-CE-MENT

-          Number 5 = après, certes, j’admets que quand tu passes à la ‘Partie II’ de l’accouchement, je crois que là cela peut faire vraiment super mal, mais c’est une ¨zone de douleur¨ où je ne suis personnellement jamais allée (et je ne regrette rien… ;-) … car nous sommes en 2008 et j’ai eu droit à la péri (thank you, oh you, God of the Péridurale…)

-          Number 6 = Choup a autant envie de sortir que toi !! Donc elle bosse elle aussi !!

-          Number 7 = ils te posent la péri, tu n’as plus mal, c’est le bonheur (tu as super bien dilaté of course because doses homéopathiques ;-), tout s’accélère, before you know it, tu es à 10, tu pousses et hop hop devine qui est là… ¨baby’s here… !!!!¨ (bon je schématise un peu là, mais c’est pas loin d’être çà !!)

Alors tu vois, a piece of cake, je TE DIS… !!! ;-)

Je te jure (Marie Therese ne jurez pas) que lorsque je me suis coincée le doigt dans la porte du garage de mes parents en décembre 2006. J’m’en souviens comme si c’était hier – je revenais de m’être faite masser en institut – 85 euros le massage (ching ching) et j’étais super super bien, relaxée et tout et tout. Ben pour le coup, tous les effets du massage se sont anéantis en 1⁄4 de milli-seconde… Encore 85 euros de bien dépensés… !!! Bref, et bien je peux te dire que j’ai dérouillé 10.000 fois plus ce jour-là avec mon doigt… qu’en accouchant !!!!!!!

Mille bisous…. And keep me updated, TOUT M’INTERESSE ;-)

Cazzxx