Blog_Poste_0908Sérénité, amour… Je suis équilibre et tempérance…
Ô haine sort de moi, toi qui a envahi mon corps ! Amis lecteurs si tu ne veux pas être éclaboussé par un flot de haine, passe ton chemin car je vais te conter une histoire à haute teneur tensiogène. C’est donc en connaissance de cause que tu t’aventureras en ces lignes…

Récapitulons.
Nous sommes samedi matin (il y a de cela une semaine) et la journée s’annonce plutôt belle. J’entends l’oiseau qui sifflote, Cesaria Evora qui chantonne dans mon salon et je lance un coup d’œil plein d’espoir vers mon tableau. C’est peut-être aujourd’hui que je les reçois ! Quoi ça, me direz-vous? Qu’est-ce qui l’émoustille autant la Renée? La brigade de pompiers de la caserne d’à côté qui vient prendre le thé chez elle? Georges Clooney de passage à Paris? Ben non, y’a juste que la sélection de septembre est partie hier par la poste en colissimo et que peut-être avec un peu de chance cela arrive aujourd’hui.

Après un échange avec ma nouvelle cop’s de critique par mail mon sang ne fait qu’un tour car elle vient juste de recevoir une nouvelle cargaison. Le cru nouveau est arrivé, apporté ce matin en mains propres par son facteur. Ni une ni deux, je saute dans un jean et file jusqu’à ma boîte aux lettres, le cœur rempli d’espoir. Et victoire, le p’tit bout de papier est bien là: l'avis de passage du facteur!

Je file donc comme une flèche à La Poste, poireaute (comme d'hab') un bon quart d'heure avant qu'un gentil fonctionnaire m'annonce très sereinement qu'ils se sont trompés sur mon papier, que le colis ils ne l'ont pas parce qu'il n'est pas encore entre leurs murs. J'ai manqué m'étrangler quand il a ajouté :

"et ne venez pas avant lundi 17h car on ne les reçoit que l'après-midi".

Je reviens donc en ma demeure vaguement énervée par cette erreur de scénario. Et pour cause, les livres partent de Levallois Perret (soit à 30mn maxi en voiture de chez moi ) et je ne récupèrerai pas ma littérature avant mardi matin puisque travaillant assez tard et habitant à 3/4 d'heure de mon boulot je ne peux en aucun cas être à La Poste avant 19h, l'heure de fermeture lundi soir. La déception passée, je reprends mon petit bonhomme de chemin en faisant contre mauvaise fortune bon cœur car je suis une fille qui positive.

Même avec deux jours en moins pour lire la sélection d'octobre pas de problème, je gère. Je suis une critique réactive et c'est pas quelques paquets d'heures en moins qui feront la différence. Même pas peur, la vie est une jungle mais je saurais vaincre l'adversité!

C'était peut-être sans compter la vengeance de Jacqueline...

...la suite au prochain épisode...

Renée