051105_haka_gettyDepuis quelques temps, une manie à laquelle nous n'avons pas manqué d'adhérer ici même envahit la blogo : le grand cri blogo que c'est trop inzuste ou plus communément, le rhaaaaaaaaa. Oui, oui, je sais, nous aussi, on fait dans le rhaaaaaa et plus souvent qu'il n'y parait mais dans quel but me demandais je encore hier? Quel intérêt à se mettre en colère, à virer au Hulk ? Nan parce que dernièrement, ou , j'ai lu des grands cris de rage. J'avoue, j'en suis sortie parfois amusée, souvent choquée, dépitée et surtout très dubitative sur l'intérêt du truc. Entendons nous bien, je suis en mode (comme dirait Hortense) qui aime bien chatie bien. Mais, c'est un peu comme le post caritatif. A quoi bon ? Si ce n'est se prendre son emballement (tout aussi légitime soit il) dans la tronche. Pourquoi le post sans humour et avec sérieux est il moins.... avenant ? Serions nous tous et toutes des éditorialistes avec des points de vue suffisamment intelligents ou pertinents pour faire avancer le schmiliblik ? Est il possible de lacher le sacro saint billet rigolo quand on est spécialiste de rien mais certainement génial touche à tout ? Pour DQJM, je répondrais non, pour d'autre je dirais oui. Enfin ça dépend. Les commentaires qui suivent ces posts de révolte personnelle chez les stars de la blogo me foutent  toujours autant les jetons et je remercie Benoit 16 le ciel d'avoir nos commentatrices zélées et responsables. Point de dérapage par ici. C'est tant mieux. Mais en y réfléchissant bien, j'ai trouvé ce qui me plait quand même dans ces rhaaaaaaa. C'est leur maladresse. Leur hypothétique capacité à être compris ou entendus. Ces posts là me rendent leurs auteurs humain(e)s. Parce que c'est finalement l'essence du blog. Une suite de posts régulière avec des moments de grâce, des tentatives foireuses hasardeuses ou des moments de franche rigolade. Si chaque post était parfait, si nous ne glissions pas par moments sur des peaux de bananes émotionnelles ou pétaradesques, alors bloguer ne serait plus digne d'intérêt.

DQJM